Comment faire pour créer un site web ?

Comment créer un site web ?

Que ce soit pour partager des photos de vacances, exercer une activité commerciale, informer ou divertir, vous pouvez être amené à envisager la création d’un site web. Mais la question se pose : comment créer un site web ? Pour cela, un peu de patience et de recherche pour apprendre quelques bases suffiront pour vous lancer dans le bain. Vous pourrez aussi compter sur des prestataires pour vous aider à développer votre site. De la conception, à la réalisation, en passant par l’hébergement, quelques règles sont à respecter pour éviter le hors-piste et maximiser vos chances de réaliser vos objectifs sur le web.

Voici les étapes pour créer un site web :

  • Penser la conception globale du site
  • Choisir le nom de domaine
  • Développer le site (seul ou avec des développeurs)
  • Choisir l’hébergement du site
  • Le rendre visible en ligne

#1 Penser la conception globale du site

Avant toute chose, il convient de procéder à une étude détaillée du futur site afin de prendre connaissance de tous les éléments à prévoir pour la conception et ainsi obtenir un résultat de qualité. Un cahier des charges vous aidera à faire le tour de la question. Préférez une checklist, plus simple, lorsque votre site n’a pas vocation à viser le professionnalisme. Pour mettre en place ces documents préalables, il faut se poser quelques questions basiques : pourquoi faire un site, quels sont ses objectifs ? Aura-t-il une vocation promotionnelle, de diffusion d’informations ? S’agit-t-il d’un site marchand, d’un forum de discussion, d’un site vitrine… ? C’est également l’occasion de définir le thème du site en s’appuyant sur une éventuelle charte graphique. Il est important de bien délimiter ce point pour partir sur de bonnes bases du côté du référencement et du SEO plus globalement.

Petit conseil : réalisez l’arborescence du site sur papier pour mieux organiser les différents contenus. C’est à ce moment que vous pourrez quantifier l’effort que vous allez devoir déployer pour la création de contenu, les images, etc. De nombreux logiciels, dont certains sont gratuits, permettent de créer les pages. Il ne vous restera alors plus qu’à les héberger sur un serveur.

#2 Bien choisir son nom de domaine

C’est une étape cruciale. En effet, il est important de prendre son temps et de bien y réfléchir à son nom de domaine car il est ensuite délicat, voire déconseillé, d’en changer. Le nom de domaine correspond à l’adresse du site (URL). Attention au choix des mots à ce stade : s’il s’agit d’une marque, mieux vaut en conserver le nom. Visez la simplicité afin que le site soit facilement identifiable. Y faire figurer un mot-clef n’est pas interdit, mais Google veille ! Préférez un nom de domaine simple, votre nom de marque sera suffisant.

Une fois choisi, il faut encore vérifier si ce nom de domaine est disponible, avec l’extension .fr, .com, ou d’autres s’il s’agit d’un site multilingue. Les sites qui vendent des noms de domaine vous proposent de tels outils, comme Gandi.net. Il est également vivement conseillé de déposer les autres versions rapidement pour éviter de voir d’autres sites homonymes apparaître, surtout en cas de succès ! Pour information, il existe des noms de domaine gratuits, mais cette option peut s’avérer contraignante par la suite (lien avec le fournisseur, publicités imposées…). L’idéal est d’être propriétaire de son propre nom de domaine, quitte à payer un peu de votre poche. Un nom de domaine peut coûter une dizaine d’euros pour un an (voire plus pour certaines extensions comme .paris ou .bzh), mais il y a parfois des promotions.

Noms de domaine
Des sites comme Gandi.net vous permettent de vérifier rapidement si un domaine est libre et quel est son prix

#3 Développer le site

Il existe différents outils pour créer un site web. Il est fortement conseillé de suivre quelques tutoriels ou formations sur ces langages pour choisir le plus adapté à votre site. Pour vous donner un aperçu des plus utilisées, voici une petite compilation :

  • HTML : c’est la base. Le balisage des pages afin de les structurer, en quelque sorte l’architecture du site ;
  • Javascript : il correspond au langage exécuté par le navigateur côté client, c’est un outil d’interaction ;
  • CSS : le Cascading Style Sheets (feuilles de style en cascade) permet de modifier la présentation (couleur, taille, police, position…). C’est un peu le style du site ;
  • PHP : il s’agit d’un langage de programmation côté serveur, avant que la page ne soit envoyée au navigateur. Il a pour vocation de dynamiser le site ;
  • Ajax : c’est un mélange de programmation web alliant plusieurs technologies.

 

Cela vous semble compliqué ? Rassurez-vous, de nombreux outils vous permettent de gérer un site web sans avoir de grandes connaissances en développement. C’est ce que l’on appelle des CMS (Content Management System). Ils proposent des interfaces simplifiées qui vous évitent de devoir utiliser des outils avancés ou de connaître le code, même si c’est un plus car leur paramétrage est plus aisé si l’on connaît au moins le HTML et le CSS.

Vous ne voulez absolument pas mettre les mains dans le cambouis ? Dans ce cas, vous pouvez aussi faire appel à des développeurs qui se chargeront de faire le travail pour vous. Après cela, vous aurez généralement un accès à votre CMS, ce qui vous permettra de changer vous-même les textes de votre site. Cela vous coûtera plus cher que de le faire vous-même, mais si vous n’êtes pas à l’aise avec ces problématiques, cela vous garantira un résultat satisfaisant. Qui plus est, un prestataire pourra aussi vous aider à toutes les étapes de la création de votre site, y compris celles citées précédemment. Un contrat de maintenance avec vos développeurs vous permettra également d’avoir quelqu’un vers qui vous tourner en cas de pépin.

#4 L’hébergement du site

Une fois la conception réalisée et le nom de domaine trouvé, il est temps de penser à l’hébergement du site, c’est-à-dire : sur quel serveur vous allez le stocker avant sa mise en ligne. Si vous prévoyez un petit site sans fonctionnalités particulières, il est possible de passer par des hébergeurs gratuits. Cependant, surtout si vous créez un site e-commerce, mieux vaut partir sur un hébergeur payant qui va veiller à ce que le site soit toujours accessible et consultable de manière optimale grâce à un service sécurisé et de qualité. Ils disposent de serveurs puissants qui permettent à de nombreux internautes d’accéder efficacement au site simultanément.

Le choix sera déterminé par la nature de votre site, votre budget, la mémoire requise, vos objectifs, etc. Il ne faut surtout pas hésiter à comparer les offres en s’assurant de la réactivité du service client (crucial, en cas de panne), de l’ancienneté, des outils mis à disposition et de la fiabilité du SAV. Il est possible de partir sur un serveur dit « mutualisé », c’est-à-dire partagé avec d’autres clients. Vous pouvez également opter pour un serveur dédié, qui lui, offre une stabilité à toute épreuve moyennant un coût évidemment plus élevé.

#5 Une fois en ligne, encore un peu de travail !

Il est en effet important de faire rapidement connaître son site en assurant notamment sa promotion. La visibilité sur les moteurs de recherche, Google en premier, est capitale, au risque de voir son site disparaître dans les profondeurs du web. Pour votre site , vous avez plusieurs options disponibles pour être visibles sur le web : référencement naturel, payant, partenariat, réseaux sociaux… dans la pratique, il faudra adopter une approche hybride avec un peu de tout, plutôt que d’être entièrement dépendant d’une seule source de trafic. Il est par ailleurs nécessaire d’assurer un travail d’étude en surveillant de près la fréquentation de votre site grâce à des outils de tracking. Ces derniers permettent de connaître les habitudes de navigation des internautes sur votre site, savoir d’où ils viennent, ce qu’ils cherchent, le temps qu’ils passent sur votre site, etc. Vous pouvez en tirer toute sortes d’enseignements !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *